POINT DE VUE DE LECTURE DU LIVRE « MY JOB ! MY CHALLENGE » D’OPPORTUNE AKPO DJENONTIN.

POINT DE VUE DE LECTURE DU LIVRE « MY JOB ! MY CHALLENGE » D’OPPORTUNE AKPO DJENONTIN.

31 mai 2021 Non Par Inf'au Zenith

Propos liminaires :

  • Remerciements aux personnalités présentes ;
  • Remerciements à l’auteur pour la confiance.
  • Présentation du livre en 04 points.
  1. Présentation de l’intérieur du livre

Ici, nous allons parler de l’organisation interne du livre et vous présenter le résumé du contenu de l’ouvrage que nous allons tous découvrir aujourd’hui.

  1. Organisation interne du livre
  2. Nous avons un livre en deux parties, en deux langues : le français et l’anglais. Le français pour ce que c’est notre langue officiel. L’anglais parce que c’est la langue des affaires, la plus parlée et la langue de l’avenir. Je vais vous parler essentiellement de la partie française. La partie anglaise n’est en réalité que la réplique de la partie française.
  • Nous avons une très belle préface du prof  Brice SINSIN, ancien recteur de l’université d’Abomey-Calavi, farouche défenseur de l’enseignement supérieur pragmatique et pratique, qui a, de la plus belle des façons avec sa plume, peint la situation actuelle des jeunes vis-à-vis du travail, résumé excellemment le contenu de l’ouvrage et lui promettre, en grand patriarche, un destin de plein succès.
  • Le livre présente d’un côté les écrits, et de l’autre, les illustrations. Ces illustrations sont soit la réalisation de l’auteur elle-même, soit piquées à des sources, pour la plupart, provenant des sites internet. Elles résument à elles seules, le contenu du document qu’elles illustrent à merveille d’ailleurs. On peut donc aller très vite avec la lecture rien qu’en faisant confiance à ces Picture. Les écrits défendent une opinion, une position, et tentent de faire passer un message sur le travail, le bienfait du travail soigné et accompli avec amour et détermination.
  • Il y a la partie glossaire, ce que l’auteur a appelé l’index thématique. Ici, sont réunis les mots soit formés par l’auteur elle-même, soit puisés du lexique local, des langues nationales, pour étayer des démonstrations, appuyer des arguments, faire porter des messages liés à la pertinence du travail. Ainsi, on a que la plupart des personnages évoqués ont un nom qui a un sens par rapport au travail. Même les choses  comme la ville, sont baptisés en fonction de l’objectif précis de montrer l’importance du travail fait dans la rationalité et le planning.
  1. Message du livre
  2. Le résumé du contenu :

C’est un travail de recherche scientifique sur la valeur du travail et comment s’organiser pour non seulement réussir son travail en atteignant des objectifs préalablement fixés, mais surtout en profitant du fruit de son labeur. L’auteur essaie de prendre en contrepied parfait,  plusieurs idées fausses admises et dénoncent des habitudes qui nuisent et discréditent le travail et son importance. Combien de fois n’avons-nous pas entendu des gens dire : « Moi, c’est l’argent je cherche maintenant hein, je ne cherche plus de travail ? Ou encore, ces souhaits de début d’année assez inquiétants à savoir : moins de travail et beaucoup d’argent. On sent que l’auteur est agacé par ces genres de perceptions et produit justement ce livre pour les combattre. Dans un travail scientifiquement bien orchestré et bien argumenté, citations et références bibliographiques à l’appui, elle a peint la valeur incommensurable du travail, et son bénéfice indéniable pour celui qui travail très bien. Pour cela, elle fait porter son message par un jeune, décidé à réussir, qui présente des traits de maturité intellectuelle en dépit du fait qu’il n’a jamais mis pied à l’école. Lui seul porte les valeurs d’une réussite par le travail à savoir : la planification, l’organisation du temps de travail, la formation, le recyclage et l’actualisation de ses connaissance, l’action permanente et la fixation sur les résultats à atteindre.

  • Les grandes idées défendues :

D’abord, l’histoire de la notion du travail et son évolution dans le temps. L’auteur est allé puiser dans les textes saints pour montrer combien le travail au-delà d’être humain, est un acte divin de bénédiction. Dieu lui-même n’a-t-il pas travaillé pendant 06 jours sur 07 ? Etre paresseux, c’est dans une certaine mesure, et c’est grave, manquer à la charge spirituelle et au devoir divin. Si Dieu nous a montré l’exemple, s’y dérober est un acte d’impiété. Le travail est donc d’essence divine.

Ensuite, le travail est libérateur et rend heureux. Là-dessus, l’auteur va puiser dans les ouvrages et sur internet, s’appuyer sur des citations séculaires, rappeler même des fables de la fontaine (vous connaissez ce texte célèbre « le laboureur et ses enfants ») pour montrer que le travail a toujours été libérateur et a inévitablement un effet retour sur celui qui s’y adonne.

Il y a enfin, les astuces, les mécanismes pour réussir au travail, réussir son action, ses projets. Il y a d’un côté, les conseils pratiques comme celui-ci qui parle de la réussite comme un processus et surtout un but à atteindre, step by step, pour faire anglophone un peu. C’est-à-dire, étape par étape. Aucun succès, durable et vrai, ne s’obtient du jour au lendemain. Il faut apprendre la patience d’attendre pour que les fruits tombent au bon moment. C’est le conseil de l’auteur.

Il faut aussi selon l’auteur, actualité ses connaissances et ses moyens et les adapter aux réalités très changeantes de la vie maintenant. C’est ce qu’on peut retenir de la décision du personnage, né d’un père pêcheur, d’aller découvrir d’autres secrets de la pêche et de se former. Il faut savoir travailler notamment en groupe, rendre heureux les autres en travaillant avec abnégation et sacrifice. Etre ponctuel et organisé. Ce sont autant de secrets, on ne peut les dévoiler tous ici, pour faire de son travail, non pas une corvée, mais un bonheur qui vous rend heureux. Je peux parler du cadre, du travail en groupe, de la mobilisation des énergies, tout cela relève d’une orchestration dont nous parle le livre avec une pédagogie simple et efficace.

  • L’intérêt des illustrations :   

J’en parlais déjà plus haute mais je veux insister sur deux autres aspects ici : le caractère ludique des images. Elles apparaissent comme des intermèdes pour souffler, changer un peu, marquer une pause, après le flots d’informations que charrient l’ouvrage sur deux ou trois ou quatre pages. Il faut le dire : l’auteur a fait l’option de mettre beaucoup d’informations, suffisamment d’information en peu de pages de sortes à en faire une mine qu’on peut ignorer quand on veut juste se fier à l’apparence du livre. C’est un gros trésor.

Le deuxième aspect est que, le caractère très de bande dessinés avec parfois des bulles, des personnages dans es attitudes, au-delà de résumer la pensée de l’auteur, la mettent à un niveau très moyens, ce qui permet de varier les catégories de lecteurs. On peut être très jeune, notamment du primaire, et lire cet ouvrage, tout comme celui qui n’est pas un  gros lecteur peut trouver son compte.

  1. Présentation physique du livre

Deux mots sur la couverture du livre :

  • La couverture du livre.

Vous pouvez par vous-même identifier les éléments constitutifs de la couverture. L’horizon, qui symbolise les défis, les objectifs. L’arc-en-ciel qui fait penser au bonheur, à la richesse. Chez nous, l’arc-en-ciel relève de la divinité Dan, porteuse de chance, de richesse, de bonheur. On a la végétation très luxuriante, qui marque la floraison, l’éclosion, l’espoir. Et puis, ces couleurs vives du ciel qui se fondent bien dans celle de l’arc-en-ciel.  Sur la quatrième de couverture, vous avez un extrait du livre, la photo de l’auteur et sa biographie. Cela nous permet de déboucher sur l’auteur justement.

  1. Présentation de l’auteur

Mes mots ici seront brefs parce qu’autant que vous êtes, c’est parce que vous connaissez d’une manière ou d’une autre, l’auteur que vous êtes venus la soutenir.  Opportune Akpo DJENONTIN est Dr en nutrition et sciences alimentaires. Elle est enseignante ici à l’université d’Abomey-Calavi. Un métier qu’elle a appris puisqu’elle est détentrice d’un certificat d’enseignement. Elle est consultante dans son domaine, mais a aussi un fort penchant, et vous l’avez certainement remarqué, un fort penchant, disais-je, pour l’entrepreneuriat. C’est d’ailleurs cette fièvre qui l’a emmené à sortir ce qui qui, faut-il le dire, est plus du développement personnel et de la préparation au leadership que toute autre chose. Elle intervient dans beaucoup de domaine d’activités mais il y en a une qui devrait l’attirer le plus naturellement du monde au regard de sa formation universitaire : l’agro-business. C’est le secteur de l’avenir. C’est l’avenir même.

  1. Mes leçons de lecture
  2. Ce livre est pour tous les âges, et pas pour un domaine spécifique. Vous voulez créer votre business, il vous propose des conseils pratiques. Vous voulez faire grandir vos affaires, c’est un bon compagnon. Vous ne savez pas comment vous y prendre pour gérer votre entreprise ? Il vous répond.
  • Il est dans un style direct, franc, sans fard. Exactement pour jeune. Avec les jeunes, ça doit être sans équivoque. Ça doit aller droit au but, sans trop discourir. En moins de 100 pages, vous avez tout l’arsenal qui vous faut pour être un bon débutant, un bon manager, un bon serviteur, un bon travailleur qui réussit à atteindre avec efficacité ses objectifs. Cela se lit rapidement, et c’est normal. On sent un penchant de l’auteur pour le système anglophone qui ne perd pas beaucoup de temps pour les détails futiles. Ça va très vite.
  • Achetez ce livre et faites-en votre guide. C’est la meilleure façon de découvrir qu’il n’y a pas que la politique pour gagner beaucoup d’argent. Vous verrez, contrairement à ce qu’on dit pour décourager, que l’entreprise, l’entrepreneuriat n’est pas du tout risqué si on a un très bon guide comme celui dont nous parlons aujourd’hui.
  • C’est vrai qu’on a une difficulté à classer le livre dans un genre donné. Il est à la fois comme un essai, un article scientifique, un roman (notamment avec l’intervention des personnages), un livre de développement personnel, de coaching etc. Mais là n’est pas l’essentiel. Le plus important, c’est de vous aider à vous retrouver et à aimer votre travail pour une prospérité assurée. On peut s’enrichir avec le travail. C’est clair.

Je vous remercie.